Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 00:00

Etymologie et signification du prénom Lois

Le prénom Loïs vient du germain hold, « illustre, glorieux », et wig, « bataille, combattant ». Clovis s’appelait en fait Chlodowig, et, de père en fils et de Chlodouis en Hludouivus et Hlodovico, le prénom alla bon train jusqu’à Ludovic et Louis. Ainsi le chef des francs annonçait-il la longue cohorte dynastique des dix-huit Louis, rois de France.

Le Moyen Âge européen exalta ce prénom, et longtemps les Français furent désignés comme les « fils de Saint Louis » : Saint Louis (IX) (1214-1270) est, en effet, notre roi saint par excellence ; fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, il étonna et subjugua par sa piété, sa sagesse, sa justice et son chêne.  

Plus d’une trentaine d’autres saints et bienheureux, dont Louis de Gonzague (XVIe siècle), furent des Louis.


Histoire et caractère du prénom Lois

Si Loïs se contait, que dirait-il ?
– Quelque chose à chanter peut-être… car je suis, moi, Louis, celui qui chante la vie, une manière de rossignol qui se prendrait pour le Roi-Soleil.

Pour les rois, je n’insisterai guère : j’ai eu largement ma dose. Disons que je conçois et que je réalise, et que je réalise toujours un peu moins que je ne conçois.

Je suis curieusement plus dynamique qu’actif, plus intuitif que volontaire.

Pourvu de l’intuition du poète, de l’intellect du philosophe, de la souplesse du diplomate, j’excelle à illuminer, analyser finement et rigoureusement, et séduire.

On dit de moi que la chance m’accompagne, que je maîtrise les émotions les plus vives et que je suis, à l’occasion, une source jaillissante d’esprit ; que j’invente, imagine et suggère des merveilles. En un mot, la poésie m’enlève et le travail m’élève.

Il est vrai, devant tant de prodigalités de l’inspiration, que j’ai parfois la tentation et la faiblesse de baisser les bras : les choses sont si fabuleuses à l’état natif, à peine conçues et imaginées – pourquoi se donner la fatigue de les réaliser ?

Ma volonté, parfois, s’octroie de ces aises…

Bien entendu, brillant en société, habile dans tous les mondes, je ne manque pas de me trouver de bons et ingénieux réalisateurs pour mener à bien quelques-unes de mes plus claires visions.

En fait, je suis de plain-pied avec ce qui vit, avec l’instant, et tout est là tout de suite – ou n’est pas.

Les morales passent, le mystère reste : sur le plan religieux, je me vois mieux en épicurien mystique qu’en ascète rigide.

Partager cet article
Repost0

commentaires